Activités 2013 - Comité Rochefort-Fouras

29 mai, Hommage au Chef de Bataillon Henri MASQUET
 

Henri Masquet est Né à Rochefort en 1927. Après sa scolarité au lycée Pierre Loti, il est apprenti à 14 ans (plombier-zingueur, puis boulanger).

A 16 ans,  Sapeur- Pompier Volontaire à Rochefort, il  participe à la lutte contre les incendies provoqués par les allemands (Arsenal, Corderie Royale…). Son courage et son ardeur sont remarquables.

Le 6 Juin 1944, à 17 ans, il entre dans un réseau de résistance et participe à la libération de la ville de Rochefort le 12 Septembre 1944, avec la Brigade RAC. Là en encore il fait preuve de vaillance et son patriotisme est exemplaire.

En 1945, il prend part aux combats de la libération de la poche de Royan, puis de l’île d’Oléron (Brigade RAC et Bataillon Violette). Il exécute des missions particulièrement dangereuses avec un courage hors du commun. Démobilisé à la fin de la guerre, il retravaille comme ouvrier.

Appelé à effectuer son service militaire en 1947, dans un bataillon d’Infanterie Alpine, il se distingue rapidement et est nommé sergent en 1948.

En 1949, il part en Indochine et se porte volontaire pour le Tonkin où il est affecté comme chef de section, dans une compagnie de partisans vietnamiens. Il participe à de nombreux combats au cours desquels il est blessé.

Le 28 Mars 1951, son poste est attaqué par un ennemi nettement supérieur en nombre et en matériel. Le poste tombe aux mains du Vietminh, faisant 70 morts et 40 blessés, le poste comptant un effectif de 115.

Le sergent  Henri Masquet est fait prisonnier par le Vietminh. Sa captivité commence par une marche de 400 Kms effectuée malgré ses blessures et pieds nus. Arrivé au camp N° 5, c’est une suite de mauvais traitements, l’absence de soins et l’endoctrinement révolutionnaire. En 4 mois, au camp N°5, sont dénombrés 350 morts. Il est libéré le 10 Janvier 1952.

Après un congé de fin de séjour, il est affecté en Allemagne et est nommé Sergent-Chef.

A 25 ans, il reçoit la médaille militaire.

Nommé Adjudant en 1954, après de brillants résultats aux examens (souvent 1er).

Nommé Adjudant-Chef en 1957 (Il n’a que 32 ans…).

Après diverses affectations, il part en Algérie en 1958 et participe aux combats au 8° Régiment d’Infanterie de Marine.

Affecté au Sénégal, il est nommé Sous-Lieutenant en 1964 et ensuite  cadre à l’ENSOA de Saint Maixent.

De 1970 à 1972, il est au Tchad où il participe aux opérations, notamment comme commandant d’une compagnie de combat.
Il est nommé Capitaine en 1971 et chef de cabinet du général commandant les Forces Françaises au Tchad.

Après une ultime affectation à Saint Maixent en 1972, il prend sa retraite en 1974.

Il devient alors directeur de l’Automobile Club de la Charente Maritime, fonction qu’il occupera pendant 17 ans.

De part ses activités dans la réserve, il est promu Chef de Bataillon de Réserve en 1983.

Henri Masquet, en 1984, recevant le trophée « Sud Ouest » des dirigeants sportifs

Le Commandant Henri Masquet est :

- Commandeur de la Légion d’Honneur
- Titulaire de la Médaille Militaire
- Chevalier de l’Ordre National du Mérite
- Titulaire de la Croix de Guerre avec 3 citations au titre des TOE
- Titulaire de la Croix de la Valeur Militaire avec 1 citation
- Titulaire de la Croix du Combattant Volontaire 39-45

- Grand Invalide de Guerre, avec 4 blessures homologuées.

Le 29 Mai, un hommage lui a été rendu au crématorium de Mireuil en présence de plusieurs centaines de personnes. Parmi elles on notait le général Georges Grillot (Grand Croix de la Légion d’Honneur) qui était sergent en Indochine dans la même unité qu’Henri Masquet.

Le Général (2s) Mounier président de la SMLH 17, le Général Taprest commandant l’EFSOAA, le Général Raffenne, le Général(2s) Georges Grillot, compagnon d’armes en Indochine (tous deux sergent dans la même unité) le Colonel(er) Ossant président du comité de la SMLH de Rochefort-Fouras. Des autorités locales et une multitude d’amis et d’anciens compagnons d’armes.

A cette cérémonie émouvante au cours de laquelle plusieurs autorités ont pris la parole, 25 drapeaux et fanions d’associations patriotiques témoignaient de l’attachement du monde combattant au Chef de Bataillon Henri Masquet.

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.