Activités 2014 - Comité Rochefort-Fouras

2 octobre 2014, Visite de la Massonne
 

L'été indien qui se prolonge pour notre plus grand plaisir a logiquement conduit nos pas, pour notre sortie du mois d'octobre... à la réserve naturelle de la Massonne. Privilège apprécié à sa juste mesure, l'accès du domaine nous a été exceptionnellement ouvert, alors qu'il ne l'est au public, en règle générale, qu'une fois par an. Il est vrai que la maîtresse des lieux n'est autre que Roselyne Bénier-Coutant, membre de notre comité, qui en quelque sorte récidive : elle nous a en effet déjà chaleureusement accueillis à l'aquarium de La Rochelle dont elle était la directrice.

Le domaine qui s'étend sur une centaine d'hectares, autour d'un magnifique logis du début du XVIIème siècle, a été placé en réserve naturelle volontaire en 1997.

Pour nous permettre de déchiffrer au mieux cet espace d'une riche biodiversité, Roselyne Bénier-Coutant a fait appel à deux sympathiques guides, Thomas Dupeyron et Sandra Laborde de Nature Environnement 17. Leur science impressionnante n'a d'égale que leur passion de la faune et de la flore dont la Massonne est si exceptionnellement pourvue.

On apprend ainsi que cette dernière figure parmi les dix premières réserves naturelles régionales de France. L'on y répertorie, entre autres, six cents espèces florales, cinquante de mammifères, quarante de libellules, dix-huit de chauves-souris sur les vingt-et-une qui fréquentent la région Poitou-Charentes.

L'on y a croisé, au hasard de notre promenade, des chênes tauzins (quercus tozza), des bruyères à balais (erica scoparia), des bruyères ciliées (erica ciliaris), de la menthe aquatique (mentha aquatica) et bien d'autres petites merveilles rares ou plus communes... C'est aussi la plus belle station européenne d'iris de Sibérie. Mais surtout, c'est un lieu magique où l'on entend encore le chant de l'eau.

Pour contribuer à la préservation de l'équilibre naturel des prairies, on a recours à des vaches maraîchines dont la transhumance a lieu précisément ce dimanche 5 octobre.

Si la fantaisie vous prend de vous promener dans un chemin retiré du côté de la Massonne, ayez soin de regarder attentivement où vous posez le pied ! Vous risquez, sans vergogne, d'écraser une innocente spiranthe d'automne (spiranthes spiralis), petite orchidée, dont la timide élégance ne s'impose pas, on en convient, au regard du premier venu.

Selon notre tradition conviviale, nous avons clos cette visite dans une auberge. Il s'est agi, cette fois, de l'Eloise, à Pont-l'Abbé-d'Arnoult. Rien à voir avec Abélard. Eloise, en patois saintongeais, veut dire éclair. Coum ine éloise serait la devise des sapeurs-pompiers de Charente-Maritime (à vérifier !).

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.