Activités 2014 - Comité Rochefort-Fouras

23 mai, Visite du zoo de la Palmyre
 

Le zoo de la Palmyre, l'un des trois plus grands parcs zoologiques français, accueillait le comité de Rochefort-Fouras, ce vendredi 23 mai.

Il enregistre 700 000 visites par an. Si nous n'étions qu'une trentaine, nous avons cependant eu le délicieux sentiment d'être des "happy few", car exceptionnellement, et il s'agit plus d'un privilège que d'une aubaine, le directeur du parc, Patrick Caillé a consacré toute la matinée à nous présenter le zoo que ses parents, Claude et Irène Caillé, avaient fondé en 1966 et à nous décrire son histoire et son fonctionnement. Ce fut l'exposé passionnant et captivant d'une épopée familiale, tellement originale que la plume d'un écrivain y trouverait sans nul doute matière à inspiration.

Le nom du lieu lui-même, La Palmyre, a été emprunté à une oasis marocaine, pour remplacer celui clairement moins attractif de Le Clapet. Le parc comptait initialement 2 hectares 50 ; il en comprend maintenant 18 et a survécu sans dommages notables à diverses catastrophes telles l'incendie de forêt de 1976 ou l'ouragan du 27 décembre 1999.

Le parc héberge 1 600 animaux qui se répartissent en 117 espèces, 70 de mammifères, 34 d'oiseaux et 13 de reptiles.

Toute nouvelle naissance dans certaines espèces de la population animale où la reproduction n'est pas évidente, est un événement : ainsi, le premier girafon est né en 1979, la première otarie en 1989 et le premier guépard en 1992.

C'est une grande entreprise qui fonctionne sans subvention d'aucune sorte avec 55 salariés (110 en saison) dont 38 soigneurs, un chef animalier, 4 employés de service technique et 2 vétérinaires. Les frais de fonctionnement quotidien se montent à 20 000€ et il faut pour nourrir cette petite population, par an, 250 tonnes de fourrage, 180 tonnes de fruits et légumes, 50 tonnes de viande, 20 tonnes de poisson, 30 tonnes de granulés.

Le parc assure également une mission de conservation (il soutient, sous forme financière, 17 programmes en Amérique du Sud, en Afrique, à Madagascar et en Asie - c'était l'année du gorille en 2009 et des grands singes en 2011) et de recherche. Il a aussi un rôle pédagogique (sensibilisation à la protection des espèces rares).

Patrick Caillé a émaillé ses propos de nombreuses anecdotes et a su nous faire partager la véritable passion qui l'anime, en suscitant un intérêt manifeste au travers des questions posées à l'issue de l'exposé ou au cours du déjeuner qui a suivi.

La visite du zoo se fait le long d’un parcours agréable de 4.2 km, bien fléché ; elle s'est donc prolongée assez tardivement dans la soirée. Et si à l'avenir vous découvrez en vous promenant un jeune rhinocéros qui répond au doux nom un peu surprenant de Reinette, c'est l'hommage discret d'un fils à sa mère,  Irène, qui rêvait tellement un jour d'accueillir dans le parc des rhinocéros.

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.