Éloge Funèbre - Comité Rochefort-Fouras

Lieutenant Colonel (er) Henri HONTANG

 

Nous sommes tous réunis ici à Hagetmau, dans les Landes, avec le sentiment d'une profonde tristesse pour témoigner de notre sympathie à notre ami Henri Hontang dont le départ brutal nous laisse encore aujourd'hui un peu abasourdis.

Je m'exprime à plusieurs titres, d'abord en tant que président du comité de Rochefort-Fouras de la Société des Membres la Légion d'Honneur dont Henri faisait partie, puis comme vieux camarade de la corniche de l'école militaire d'Aix-en-Provence. Il a par la suite été mon plus proche collaborateur à l'école de gendarmerie de Rochefort.

Henri a revêtu très tôt l'uniforme, puisqu'il était enfant de troupe et il a ainsi connu les écoles militaires de Tulle et d'Aix-en-Provence.

Puis, il s'est engagé dans le train et après quelques mois à l'école militaire de Strasbourg, a intégré l'école militaire interarmes en septembre 1972. Son choix de l'arme des transmissions l'a conduit après le stage d'application à l'école de Montargis dans un régiment de l'Est de la France.

C'est là qu'il prépare le concours des officiers de gendarmerie qu'il passe avec succès en 1975.

Il effectue alors la carrière traditionnelle d'un officier de gendarmerie :
officier de gendarmerie mobile à l'escadron de Romans, il commande ensuite le peloton autoroute de Chalon-sur-Saône, puis l'escadron autoroute de Beaune. A l'été 1984, il prend le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale de Melun.
Il est ensuite affecté à l'état-major du centre d'études supérieures de la gendarmerie de Maisons-Alfort, période pendant laquelle il accomplit un détachement de sept mois au Salvador, en qualité d'observateur de l'ONU, ce qui lui a valu l'attribution de la médaille commémorative de la mission ONUSAL.
A l'été 1992, il rejoint le groupement de gendarmerie départementale de Saint-Denis où il exerce les fonctions d'officier adjoint.
Le 1er août 1994, il est affecté, dans le cadre de la coopération technique, comme chef de détachement, à Madagascar. A cette occasion il est nommé chevalier de l'Ordre National Malgache.

A l'été 1996, il prend le commandement du groupement de gendarmerie mobile de Dôle. Et en 1999, il rejoint, en qualité de chef du détachement précurseur, l'école de gendarmerie de Rochefort dont nous commémorions, samedi dernier, précisément le jour de sa mort, le quinzième anniversaire. Il aurait certainement aimé être présent parmi nous, si sa santé le lui avait permis.

C'est donc là que je l'ai côtoyé à nouveau. C'était mon chef d'état-major et je l'ai retrouvé, tel que je l'avais connu 47 ans auparavant : d'une grande gentillesse, d'une extrême délicatesse, d'une discrétion totale, toujours de bon conseil, chaleureux et convivial, il affichait une imperturbable sérénité en dépit des circonstances. Et il en fallait, car transformer une base aéronavale, quels que soient ses avatars intermédiaires, en école de gendarmerie requérait un calme à toute épreuve, beaucoup de persévérance et de discernement, et tout simplement une foi inébranlable dans le résultat espéré. Arrivé dans les tout premiers à l'école, il en fut la cheville ouvrière.

Outre ses qualités professionnelles, cette chaleur humaine, cette fidélité, cette honnêteté et le sens de l'honneur qui le caractérisaient, expliquent la présence ici de camarades de plus de 50 ans qui n'ont pas hésité, en dépit des difficultés de transport dues aux grèves, à parcourir des centaines de kilomètres pour lui rendre un dernier hommage, auquel ont souhaité également participer beaucoup d'autres amis civils et militaires et les représentants de plusieurs associations : la société des membres de la Légion d'Honneur, le Trèfle, les Anciens Enfants de Troupe, les Amis de la Gendarmerie, les conciliateurs de justice, pour ne citer que quelques-unes d'entre elles.

Car le lieutenant-colonel Henri Hontang était très estimé à Rochefort, notamment, où il avait décidé de s'établir pour la retraite. Il était très impliqué dans la vie associative. Et, critère objectif de sa popularité, la traversée du marché le samedi matin lui prenait beaucoup, beaucoup de temps !!!

Outre les décorations déjà citées, le lieutenant-colonel Henri Hontang était chevalier de la Légion d'Honneur, chevalier de l'Ordre National du Mérite et titulaire de la médaille d'or de la défense nationale.

Mon cher Henri, c'est avec beaucoup de tristesse que nous te voyons partir si tôt et si jeune, alors que le 26 mai dernier, quand tu m'appelais de l'hôpital, avec un ton de voix qui ne laissait pas imaginer une issue funeste aussi rapide, tu semblais avoir encore beaucoup de projets en tête. Tu rejoins ainsi le bataillon grossissant de tous ces compagnons qui nous ont quittés prématurément mais dont le souvenir ne s'estompera pas.

A ta famille, à vous Madame, à Hélène, Jean-Charles, Geoffroy, Emma, tes enfants et à Valentin, Gabriel et Zoé, tes petits enfants, nous exprimons nos sentiments de profonde et sincère sympathie, au sens étymologique et premier du terme.

Hagetmau, le mercredi 11 juin 2014

 

Général (2S) Christian Poupeau
Président du Comité
de la Société des Membres de la Légion d’Honneur de  Rochefort-Fouras.

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.