Activités 2015 - Comité Rochefort-Fouras

2 février, "L’exception rochefortaise de la déconcentration

d’une grande direction de la gendarmerie nationale"

 

Le 2 février, le général de corps d'armée Alain Giorgis accueillait dans son prestigieux hôtel de commandement les trois ordres nationaux du département (SMLH, Médaillés militaires et ANMONM) pour leur présenter le commandement des écoles de la gendarmerie nationale, implanté à Rochefort-sur-Mer depuis 2004. «L’exception rochefortaise de la déconcentration d’une grande direction de la gendarmerie nationale» : tel était le sujet abordé.

En effet, jusqu'à cette date, le commandement des écoles était installé en région parisienne à Maisons-Alfort. Outre les raisons opérationnelles et logistiques qui ont conduit à son transfert, ce fut l'occasion, en complément de la BA 721 voisine, de pérenniser la présence militaire à Rochefort, ville de tradition militaire, après le départ des derniers marins en 2002.

Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale, c'est, en quelques chiffres, 21 structures de formation réparties sur tout le territoire national, 2 300 cadres permanents, 30 000 stagiaires par an. Mais le général Giorgis en a également profité pour évoquer comment est conçue et pratiquée, en 2015, la formation des gendarmes, quel que soit leur corps d'appartenance ou leur parcours professionnel. 250 programmes d'instruction sont ainsi proposés et ciblés pour répondre au mieux aux exigences de la formation initiale ou des formations spécialisées.

L'instruction du gendarme a évolué de façon vertigineuse : savoir lire et écrire, c'est tout ce qu'on exigeait, en 1760, de ses ancêtres de la maréchaussée, la formation purement professionnelle étant confiée aux plus anciens. Même si en 1836, une circulaire ministérielle imposait le

système des cahiers d'écriture où les gendarmes se devaient de consigner scrupuleusement les règlements ou textes relatifs au service de la gendarmerie, elle demeurait rudimentaire.

Et ceux qui ont quitté cette vénérable institution seulement depuis quelques années, ne peuvent qu'être stupéfaits devant les modes opératoires et les innovations pédagogiques maintenant utilisés où l'on prend en compte les particularités d'une jeune génération, baignée depuis sa plus tendre enfance dans l'univers numérique, avec pour effet collatéral une curiosité parfois fébrile, la génération Y (why). L'interactivité est de règle. Ainsi, et pour ne citer que quelques exemples, on prépare les exercices de combat avec des jeux vidéo, les "serious games"; on utilise des "smart boards" en topographie. On a même créé une brigade virtuelle à l'école de gendarmerie de Chaumont. Lors des cas concrets, les élèves sont invités à donner directement leur réponse aux questions posées sur l'ordinateur mis à leur disposition.

Le commandement des écoles a pour mission de donner les outils nécessaires à la compétence de chacun. Objectif manifestement atteint ! "Give us the tools, and we will finish the job !", disait Winston Churchill.

aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.