Éloge Funèbre - Comité Rochefort-Fouras

Colonel (er) Claude MANDINE

 

Chers amis,

Nous étions une vingtaine de membres de notre comité pour rendre hommage au Colonel Claude Mandine lors de ses obsèques en l'église Notre-Dame de Rochefort, ce mercredi 27 mai.

Les nombreux drapeaux présents (le nôtre était porté par le lieutenant-colonel François Jaunay qui a bien voulu suppléer Michel Poinet, actuellement absent du département), les associations patriotiques représentées ainsi que l'assistance importante témoignaient, s'il en était besoin, de notre sentiment de gratitude pour la disponibilité et le dévouement du Colonel Mandine dans la vie associative, notamment au sein de l'ANMONM et de la SMLH, et plus globalement de l'affection que l'on éprouvait à son égard.

Compte tenu des fonctions éminentes que le Colonel Mandine a exercées au sein de l'ANMONM comme président du comité de Rochefort et comme président départemental, c'est naturellement M. Lucien Delesalle, actuel président de la section ANMONM 17, qui a prononcé l'éloge funèbre.

Nous le remercions vivement d'avoir accepté volontiers de nous le communiquer et d'autoriser sa diffusion sur notre site SMLH17.

Mais nous n'oublions pas que le Colonel Mandine a été également très actif au sein du bureau de notre comité, notamment en qualité de premier vice-président pendant une dizaine d'années.

Gal(2s) Christian POUPEAU
Président du comité SMLH 17
Rochefort - Fouras les Bains

 

Éloge funèbre aux Obsèques de Monsieur Claude MANDINE le 27 mai 2015 à ROCHEFORT.

Au titre de Président de la section de Charente-Maritime de l’Association nationale des membres de l’Ordre National du Mérite, il m’appartient aujourd’hui de rendre hommage à notre Compagnon Claude MANDINE qui nous a quittés le samedi 23 mai dernier.

Je rappellerai à ceux qui ne le savent pas ce qu’a été la vie et la carrière de Claude MANDINE. Il est né le 21 septembre 1934 à Saint-Raphaël. La guerre arrive alors qu’il est très jeune et ses parents le mettent en pension avec l’un de ses frères chez les sœurs à Chambon-sur-Lignon. Il apprendra plus tard que, dans les promenades en forêt qu’organisaient les sœurs, les sacs à dos des pensionnaires servaient à approvisionner les résistants.

Pendant son adolescence, il aide son père alors entrepreneur en maçonnerie à effectuer différents travaux administratifs, notamment la paie des ouvriers. Titulaire du baccalauréat, il souhaite devenir ingénieur chimiste. Mais, l’entreprise familiale ayant été liquidée, son père ne peut lui payer les études. Il l’envoie donc à l’armée.

Il entre à Aix-en-Provence dans l’armée de l’air puis à Rochefort à l’école des mécaniciens. Et c’est à Rochefort qu’il se marie avec Nicole.

Il passe le concours pour entrer à Salon de Provence afin de devenir pilote. 1ère affectation comme pilote à Marrakech en 1957. Il est alors leader de la patrouille acrobatique. Il y reste 7 années pendant lesquelles naissent ses 3 enfants, Gérard, Alain et Daniel. 1964 2ème affectation pour 4 années à Aulnat près de Clermont-Ferrand. Il effectue pendant cette période un certain nombre de missions à Colomb Béchard le séparant régulièrement de sa famille. 1968 : 3ème mutation à Villacoublay. C’est à cette période qu’il perd sa maman dans des conditions très pénibles : il en restera très marqué. 1970 : il est muté à Cognac comme patron de l’école de pilotage. Nouveau drame familial en cette année qui voit la disparition de son père. 1972 : 5ème mutation à BALARD au ministère de la Défense où il va dynamiser l’école de tennis et lui donner un développement important. Il convient de préciser que Claude MANDINE a toujours pratiqué et développé dans l’armée le sport de manière intensive ( boxe, lutte, natation et tennis). 1976 : 6ème mutation à la BA728 de Metz, à la FATAC (Force Aérienne Tactique) où il prépare notamment l’ESGA.

Fâché des méthodes employées et de la considération qui lui est accordée, cet homme de caractère quitte alors le monde militaire en 1980 et entre chez THOMSON/CSF, d’abord comme salarié puis comme consultant. Il est en charge du soutien aux équipes techniques afin de leur permettre de mieux définir les besoins opérationnels de l’époque et de comprendre l’utilité des nouveaux développements.

Et c’est en 1990 qu’il prend sa retraite et qu’il se retire à ECHILLAIS avec son épouse Nicole. Au-delà de cette carrière professionnelle et de ses nombreuses implications dans le domaine du sport, Claude MANDINE a été de nombreuses fois honoré par la République. Nommé chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 1969, puis chevalier de la Légion d’Honneur en 1976, il est promu Officier dans l’Ordre National du Mérite en 2003.

Il a assuré pendant de nombreuses années la présidence de l’Entente des associations de Rochefort, association dont il a ensuite été le président d’honneur. Il a également assuré l’intérim de la présidence du Souvenir Français de Rochefort pendant une longue période. Il a enfin été président de notre section pendant une dizaine d’années. Nomme président d’honneur de la section de Charente-Maritime en 2013, à la fin de son dernier mandat, il a reçu l’Honorariat national en 2014.

C’est en 2008 qu’il apprend qu’il est la proie d’un cancer dont il se soigne avec beaucoup de difficultés. Le souvenir de sa maman décédée également d’un cancer dans des conditions difficiles rejaillit et altère sa volonté de se battre. Son épouse Nicole décède le 28 juillet 2013. Aussi lorsqu’une récidive de son cancer intervient, il jette quelque peu l’éponge et décline lentement. Il se mure alors dans son passé et semble cesser toute communication.

Le 23 mai 2015, il s’endort calmement à 4 heures du matin. Voilà ce qu’a été l’homme ! Voilà ce qu’a été notre Compagnon ! Un homme de convictions, un homme d’Honneur qui aura laissé son empreinte.

Merci Compagnon, merci Colonel pour tout ce que vous avez accompli. Allez en paix retrouver celles et ceux que vous avez aimés.

A  Rochefort le 27 mai 2015                                     

 

Monsieur Lucien DELESALLE
Président de la Section de Charente-Maritime
de l’Association nationale des membres de l’Ordre National du Mérite.

Le colonel Claude Mandine, au milieu, entouré du professeur Talbert président national de l'ANMONM et du général Cardinal, ancien président de la SMLH17

aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.