2016 - Éloge Funèbre - Comité Rochefort-Fouras

Lieutenant-colonel Michel TESSIER

 

 

Éloge funèbre prononcé le 23 juin 2016 en l'église de Fouras à l'occasion des obsèques
de Michel Tessier
par le Lieutenant-colonel Michel Garre des Troupes de Marine de la promotion maréchal Franchet d'Espèrey et camarade de Michel Tessier.

 

Nos parcours ne se sont jamais croisés mais nous nous connaissons suffisamment pour que je puisse évoquer sa personnalité et son parcours militaire.
Le mercredi 8 juin après-midi j'ai passé 1 heure en sa compagnie alors qu'il était fiévreux. Malgré sa fatigue, il était détendu et plutôt du genre "paillard". Il faut dire qu'en bon marsouin je lui avais offert une bouteille de vin rouge de Californie pour revigorer ses globules.
En compagnie de son épouse Véronique nous avons abordé ensuite des sujets sérieux. Il m'a raconté les difficultés qu'il avait eues pour obtenir une concession dans le cimetière de Rochefort où reposent ses ancêtres dont son grand-père médecin qui fut maire de la ville de 1902 à 1908.
Arrive alors une jeune et charmante personne pour lui donner des soins et s'entretenir avec lui sur le sujet de sa thèse : " la sexualité de l'homme après 60 ans" ! Il s'agissait de la remplaçante de son médecin parti en vacances... Vers 20h le 16 juin, veille de mon départ pour l'AG de notre promotion à Neuvy-sur-Barangeon (Cher), Véronique m'apprend que Michel venait d'être hospitalisé suite à un malaise et qu'il vivait ses derniers instants.
Les petits cos prévenus de la situation ont appris dans la matinée du S.18 juin que notre camarade s'était éteint à 7 h et que ses obsèques auraient lieu ce jour, soit la veille de son 85 ème anniversaire.
Sa stature imposante, son timbre de voix appuyé, son ancienneté, imposaient à la fois le respect et l'autorité. Mais derrière cette apparence sévère, se cachait un être sensible toujours à l'écoute de ses camarades et de ses subalternes." Il symbolisait les rêves d'adolescents de ces oisillons tombés du nid familial, les terres lointaines, l'aventure, la gloire. Il savait entretenir cette aura d'allusions ou d'historiettes, mais sans forfanterie, ni sans jamais marquer de supériorité" comme me l'a dit son petit co Littaye.
Et comme le dénote notre président, le général Loridon, petit co de la section de Michel, dans son article intitulé : Un week-end de fin septembre 1955.
"Un peu emprunté, un peu déboussolé, je débarque à Coëtquidan. Le temps est humide. Je rejoins ma
chambre. Je suis seul quelques minutes quand arrive un guerrier le képi en bataille. C'est le sergent des Tirailleurs (marocains) Michel Tessier, lui aussi reçu à Saint Cyr. Sous son air de soldat sûr de lui, je remarque tout de suite son grand cœur "ne t'inquiète pas me dit-il, on va bien s'entendre !". De fait, dès ce premier jour et les suivants, il me guide ; il deviendra très vite un grand ami. Et cette amitié n'a jamais été altérée au fil des années, malgré la diversité de nos routes professionnelles ou privées".

Madame Lamand vient de détailler à la fois la vie familiale et la carrière de notre ami, tout a été dit ; cependant je complèterais l'aspect militaire par 3 points forts :

1- Il était avant tout un combattant très instruit après une formation de base d'homme du rang, de sous-officier complétée par 3 années à Coëtquidan et en école d'application, puis couronnée par le diplôme d'Etat-Major 12 ans plus tard.

2- Un fait exceptionnel durant la guerre en Algérie, il a survécu à une rafale de pistolet-mitrailleur avec 10 impacts dans le corps, 1 an1/2 d'hôpital et 15 interventions chirurgicales. Grand blessé de guerre, il n'était invalide qu'à 75% !

3-Il a bien mérité la médaille coloniale après la multitude de séjours OM, en Afrique, aux Antilles-Guyane, sans compter ceux effectués comme enfant d'un père médecin militaire de la Coloniale durant toute la durée de la guerre de 1940 à 1945 dans le Pacifique (en Nelle Calédonie) et dans l'Océan indien (à Madagascar).

Après 29 ans de services et de nombreuses péripéties, il prend sa retraite en 1982 comme colonel en bénéficiant de l'art.5 (pension au grade supérieur avec l'ancienneté dans le grade précédent). Il était officier de la LH depuis le 5 avril 1990, chevalier de l'ONM, titulaire de la Valeur militaire avec 3 citations dont une avec palme à l'ordre de l'Armée, de la Croix
du combattant, de la médaille commémorative des opérations en AFN, de la médaille des blessés, de la médaille coloniale officier de l'ordre ivoirien.

Pour conclure, le mot de notre président de promo :
"Michel, je sais que les épreuves de la vie ne t'ont pas été épargnées, tu les as surmontées avec courage, avec la foi de l'homme qui se bat contre l'adversité. Va en paix maintenant, la promo Franchet d'Espèrey ne t'oublie pas. Le 18 juin alors que tu nous quittais, nous avons tous prié pour toi, pour Véronique et toute ta famille ; elles peuvent compter sur nous."

En ma qualité de frère d'Arme et petit co, je termine, pour constater que 8 petits cos sur les 23 de ta
section de Coët, avaient choisi les TdMa !!!

ET, AU NOM DE DIEU, VIVE LA COLONIALE

 

Vie familiale et carrière militaire de Michel Tessier : (Texte écrit par la famille de Michel et lu par Madame Lamand de la paroisse de Fouras au début de la messe de funérailles). cliquez ici

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.