Activités 2017 - Comité Rochefort-Fouras

Les huitres, des espèces qui ont de la ressource

 

Décidemment, nos légionnaires constituent un vivier intarissable ! Après la conférence du 19 octobre de Nelly Fesseau du comité de Rochefort sur la résilience citoyenne et celle du 30 novembre du LCL Jean-Paul Meinvielle, 2ème vice-président de la section 85 sur l’année 1917, c’est une jeune chevalière de la Légion d’honneur, le docteur en génétique Sylvie Lapègue responsable à l’IFREMER de l’unité santé, génétique et microbiologie qui a clôturé l’exercice 2017 par une présentation passionnante de l’huitre.

Ainsi, l’huitre qui existe en Europe depuis des milliers d’années est l’huitre plate, la Belon et la Bouzigues. Elle représente quelque 1 000 tonnes de production annuelle, soit peu de choses au regard des 100 000 tonnes de production d’huitres creuses. Cette dernière fut tout d’abord importée du Portugal, puis à partir des années 1960 du Japon.

Qu’elle soit plate ou creuse, l’huitre est un muscle, alimenté par un cœur que l’on peut voir battre et des branchies qui filtrent l’eau de mer. Si la fécondation de l’huitre plate se fait dans l’individu femelle, l’huitre creuse est hermaphrodite. L’huitre dispose de dix paires de chromosomes dans chaque cellule, et présente davantage de variabilité que l’humain, ce qui lui permet de s’adapter à différents milieux ; cela permet aussi de récupérer des animaux qui ont résisté à certaines maladies pour les croiser entre eux.

Pour autant, en dépit de ces qualités, on assiste depuis une dizaine d’années à une forte augmentation de la mortalité pouvant conduire à la disparition de 70 % des individus d’un naissain, conséquence de l’activité humaine et de la pollution des océans et de nos rivages. Outre le signe de la profonde perturbation de notre environnement, ces pertes ont un impact non négligeable au plan économique : premier producteur européen, la culture de l’huitre en France représente 500 M€ de chiffre d’affaire et 10 000 emplois directs. Rien qu’en Nouvelle Aquitaine, l’huitre fait vivre un millier d’entreprises.

Si l’huitre a bien été présente sur les tables de fin d’année, les membres du comité ont malgré tout remarqué le petit cœur qui bat, juste à côté du tendon que l’on sectionne avant la dégustation …

photos Nicole Gauroy

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 03 Février 2018 à 21 H.