Activités 2014 - Comité La Rochelle - Île de Ré

Le Phare de Ré consacre un article à Francis Lott

 

L’hebdomadaire « Le Phare de Ré » vient de consacrer à notre président de section un article intitulé « Francis Lott : ambassadeur à l’île de Ré ».

Sa stature est proportionnelle à sa simplicité, dit en préambule Virginie Valadas, responsable du journal, qui retrace une carrière hors du commun. Francis Lott, né à Paris le 15 septembre 1941, sort de l’ENA en 1968 et se consacre, à l’exception d’une dizaine d’années passées chez Havas de 1982 à 1991, aux relations extérieures de notre pays.

Chez Havas, il participe avec André Rousselet à la création de Canal Plus avant d’être nommé ambassadeur en Côte d’Ivoire. Il y vit les réalités africaines aux côtés notamment de Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, sans échapper à sept coups d’état.

Il convient de rappeler que Francis Lott avait été, à ses débuts au ministère des Affaires étrangères, nommé à la direction des affaires africaines de 1968 à 1969 puis délégué aux Nations Unies, premier secrétaire à l’ambassade de France à Moscou, conseiller à Bruxelles, en charge des conférences internationales au Quai d’Orsay et notamment d’organiser le G7, puis, comme précisé plus haut, de 1982 à 1991, à l’agence Havas.

C’est en 1990, au cours d’une cure de thalassothérapie, qu’il découvre avec son épouse, notre île bien-aimée. Il y fait construire une maison à Saint-Martin qui va devenir le lieu de rencontre de la famille mais de laquelle il devra s’échapper pour satisfaire à ses obligations professionnelles.

Il demeure d’abord à Paris en qualité de directeur administratif au Quai d’Orsay, puis rejoint son affectation à Abidjan où il séjournera trois ans avec les péripéties que l’on connaît. Il terminera sa carrière en qualité d’ambassadeur à Buenos-Aires après avoir mis en place la mission d’indemnisation des victimes de la Shoah, comme nous l’indique l’hebdomadaire.

Aujourd’hui, libre de son temps, Francis Lott se passionne, au sein de plusieurs associations locales, pour le patrimoine rétais. Il est notamment membre de l’Etoile de Vauban depuis que Georgine Lafontaine, alors maire de Saint-Martin, l’a sollicité pour l’aider à monter le dossier de candidature des fortifications martinaises à l’UNESCO.

Il va maintenant, après avoir été vice-président de notre comité pour l’Île-de-Ré, prendre en compte les destinées de notre section départementale. Ce dont nous nous réjouissons.

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.