Activités 2016 - Comité La Rochelle - Île de Ré

A la mémoire des victimes de l’explosion de l’usine Vandier

 

 

Il y a cent ans, le 1er mai 1916, alors que nos armées  se battent face à un ennemi redoutable sur le front de Verdun, à l’arrière, nos entreprises, comme celle de Vandier & Despret  qui s’était préalablement spécialisée dans la filature de la laine, se mettent à produire de la mélinite à destination d’une armée désormais prioritaire en matière de munitions. La mélinite est un des composants chimiques entrant dans la fabrication des explosifs.

L’usine Vandier & Despret, réfugiée du nord, s’est installée quelques mois auparavant, et dans  un temps record, à La Pallice, à proximité du port, afin de recevoir dans les meilleures conditions les matières indispensables à son activité. En quelques mois, l’usine qui emploie 483 personnes - dont de nombreuses  femmes - produit journellement jusqu’à 17 tonnes de mélinite, soit le septième de la production nationale. Jusqu’au jour où se déclare un incendie suivi d’une terrible explosion qui retentit jusqu’en Vendée. Les maisons de la rue Denfert Rochereau et les usines environnantes sont détruites, les vitraux de la cathédrale de La Rochelle, située à plus de quatre kilomètres, volent en éclats.

Le nombre de victimes est considérable : 170 morts, plus de 150 blessés. Sur les 80 premiers cadavres retirés seuls quelques-uns peuvent être immédiatement identifiés. Cette catastrophe, qui laisse près d’une centaine de veuves et deux fois plus de personnes à charge, est ressentie douloureusement en ville et dans les environs. Toute la région est en deuil. Les victimes retrouvées sont enterrées dans le cimetière de la Rossignolette où un imposant monument sera érigé.

C’est là que  ce 1er  mai dernier, pour le centième anniversaire de cette catastrophe,  se sont retrouvées de nombreuses personnalités dont Jean-François Fountaine, maire de la Rochelle, qui avait souhaité que soit célébrée une cérémonie en la mémoire des victimes de l’usine Vandier. Il était entouré de Michel Tournaire, secrétaire général de la préfecture, du député Olivier Falorni,  de Gérard Blanchard, vice-président de la  région Poitou-Charentes-Limousin-Aquitaine, de Soraya Ammouch,  conseillère régionale, de Marilyse Fleuret-Pagnoux, adjointe au maire, des représentants de l’Armée et des anciens combattants. Avant que ne soient déposées  les gerbes, l’assistance se recueille après  que Marc Augé eut entonné le chant de Charles Péguy : « Heureux ceux qui sont morts », puis  la Marseillaise. A noter que tour à tour, Jean-François Fountaine, Gérard Blanchard,  Olivier Falorni,  Michel Tournaire, Samuel Perraud et Christophe Bertrand, historiens rochelais, avaient pris la parole pour évoquer en termes émouvants cette terrible catastrophe.

Inutile enfin de préciser  que le comité de La Rochelle-Ré était représenté par sa présidente Colette Chaigneau, son grand officier, Jean Billaud,  Jean-François Douard, ancien maire de Lagord, son chargé de communication, Jean Guillard,  Pierre Raguru, son porte-drapeau … sans oublier ses fidèles déléguées de quartier.
 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.