Activités 2018 - Comité La Rochelle - Île de Ré

 

Deux décès qui affectent le Comité La Rochelle-Ré

 

 

Deux cérémonies avaient lieu simultanément, ce vendredi 10 août à 14 heures 30, l’une à la Cathédrale pour les obsèques de Maître Roland BERNARD, l’autre, à Saint-Rogatien, en hommage à Josy MOINET, ensuite inhumé dans l’intimité familiale. Deux personnalités très respectées, chacune ayant dédié sa très longue carrière au service des autres, l’une par son attachement à la noble cause de la justice, l’autre par ses nombreux mandats politiques

« Un grand monsieur nous a quittés » : ces mots, par lesquels Jean-François FOUTAINE annonçait la disparition de Josy MOINET, auraient pu être aussi ceux de Colette CHAIGNEAU, qui lui avait remis les insignes d’officier de la Légion d’honneur, elle-même très touchée par la perte de cet ami politique de longue date. Josy MOINET, décédé le 4 août dernier à l’âge de 88 ans, avait en effet conduit sa carrière politique sous les couleurs du Parti radical de gauche et était l’ami de Michel CRÉPEAU, qui en avait été le président, et de Colette CHAIGNEAU, ancienne adjointe du grand maire et sa suppléante à l’Assemblée nationale quand ce dernier était ministre. Ç’aurait pu être aussi l’hommage rendu à Roland BERNARD, dont la famille était elle-même amie de très longue date de celle de Michel CRÉPEAU.

Après avoir débuté comme cadre au Crédit agricole, Josy MOINET avait été élu maire de Saint-Rogatien en 1959, à l’âge de 30 ans. Il occupa cette fonction 49 années durant, jusqu’en 2008 (l’école de la commune porte son nom), et il avait présidé l’association des Maires de Charente-Maritime. Il fut élu en 1973 à la fois au Sénat – où il siégea 16 ans – et au Conseil général (ainsi qu’on disait à l’époque) de la Charente-Maritime, dont il fut ensuite le président.

Dominique BUSSEREAU, son lointain successeur à la présidence du Conseil départemental, a résumé cette brillante carrière en soulignant que Josy MOINET s’était « consacré pendant près de cinquante ans au développement de la Charente-Maritime et à son rayonnement », Jean-François FOUNTAINE soulignant de son côté qu’il avait été « un acteur essentiel de l’intercommunalité locale ».

Maître BERNARD avait avec lui cet autre trait commun d’un long parcours dans la ville qu’il chérissait : ayant prêté serment en 1948, on le vit jusqu’en 1993 plaider partout où le droit a à s’exprimer, de la justice de paix d’antan jusqu’aux cours d’appel ou d’assises, puis se consacrer – en guise de reconnaissance sans aucun doute – à l’enseignement universitaire. Maître François DRAGEON, lui-même ancien bâtonnier comme l’avait été à deux reprises le disparu, saluait l’homme de cœur et de grande culture, celui dont le cabinet avait accueilli et formé tant de grands noms du Barreau rochelais, celui qui avait créé et présidé la Chambre d’arbitrage régionale puis s’était impliqué dans la conciliation de justice encore jusqu’en 2005, quand la santé de son épouse déclina jusqu’à décéder l’année suivante. Roland BERNARD  avait été fait officier de la Légion d’honneur en 2003, il était membre du Comité La Rochelle-Ré représenté par de nombreuses  personnalités à sa cérémonie d’adieu.

 

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 28 Août 2018 à 14 H.