2018 - Comité La Rochelle - Ré

Disparition de Jean BOILEDIEU

 

La tristesse était palpable, en ce matin du 7 juin, pour les obsèques de Jean BOILEDIEU. Sa nombreuse famille et ses amis de la paroisse de la Genette entouraient Maria, son épouse, figée dans un chagrin muet. Le comité La Rochelle-Ré de la Légion d’honneur était pour sa part représenté par Pierre MAGNERE, son secrétaire, qui portait le drapeau, Jean BILLAUD, grand officier de la Légion d’honneur, Jocelyne GIRARDET-CHANDOUINEAU, ancienne présidente, et Gérard PROUST qui remettait à la famille, au nom du président, la palme de la Légion d’honneur, qui devait l’après-midi même être apposée sur la caveau familial à La Jarrie.

Jean BOILEDIEU était né le 30 décembre 1927. Après de hautes études (il fut diplômé HEC en 1948) et son service militaire (dont il revint capitaine de réserve dans le Génie), il entama une carrière tout entière consacrée au groupe DELMAS-VIELJEUX  - « tellement identifiée à La Rochelle », précisa le père MARCHAND qui concélébrait la messe avec le père DELAGE, curé de Royan, et qui décrivit en anecdotes très touchantes la vie « tout en reliefs » de son ami.  Ainsi Jean BOILEDIEU eut-il  parcourir le monde, et plus particulièrement l’Afrique.

Retraité en 1992, revenu d’abord à Saint-Jean d’Angély puis à La Rochelle, animé depuis toujours d’une foi ardente, il s’engageait aussitôt dans plusieurs associations chrétiennes – telle la Coopération missionnaire –, l’accompagnement des familles en deuil, l’aide aux pays en voie de développement, l’association « Voir ensemble » au profit des malvoyants – alors qu’il souffrait lui-même de ne plus pouvoir se livrer à la lecture, qui lui était pourtant si indispensable. De la même manière, il était très impliqué dans la vie de sa paroisse, et ses amis appréciaient son immense culture : ainsi lisait-il le grec ancien, et il savait toujours commenter notamment les Évangiles qu’il connaissait dans leurs versions grecques d’origine. Enfin, très attaché à l’Église et à son Pape, il œuvrait aussi dans toute la mesure de ses moyens pour que l’unité des chrétiens soit retrouvée. Il est significatif que son mariage avec Maria ait été célébré en l’église orthodoxe de Bordeaux.

Jean avait eu quatre enfants d’un premier mariage (il avait connu la douleur de la perte d’une fille en 1994) ; il donnait aussi tout sa amour à Caterina, fille de Maria, dont il comptait les deux enfants parmi ses 8 petits-enfants ; ainsi revendiquait-il sept arrière-petits-enfants, qui faisaient sa fierté. Une de ses petites-filles, entourée de ses frères, sœurs, cousins et cousines, lui rendit un hommage très touchant, entre sanglots et sourires à l’évocation de souvenirs tendres. Il était encore Officier du Mérite maritime, Commandeur de l’Ordre national de la Côte-d’Ivoire, Officier de l’Ordre national du Lion du Sénégal...

 

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 15 Juin 2018 à 11 H.