php. page_RYN_2016_3

Activités 2016 - Comité Royan

24 mai, Comment prévenir et contrôler les maladies massives des coquillages ?

 

Ce déjeuner-débat remarquablement conduit avec un conférencier de très grande qualité sur un sujet d'une grande actualité a vivement passionné l’auditoire resté malheureusement très limité pour des raisons de retard de publication et d’agenda perturbé par de regrettables impératifs de dernière heure.

Virus, bactéries, parasites…

Depuis 2008, des mortalités anormalement élevées touchent les naissains d’huîtres creuses, Crassostrea gigas dans plusieurs pays européens. Le virus OsHV-1 a été identifié comme un des facteurs expliquant ces mortalités.

Depuis 2012, la bactérie Vibrio aestuarianus induit des mortalités chez les stades adultes d’huîtres creuses, entrainant ainsi de lourdes pertes économiques. D’autres espèces de coquillage comme la coque Cerastoderma edule représentent une importance économique majeure à l’échelle de certaines régions telle que la Galice en Espagne. Un parasite appelé Marteilia cochillia a récemment été décrit comme la cause de l’effondrement des gisements.

Dans ce contexte, l’Ifremer a lancé le projet européen VIVALDI piloté par Isabelle Arzul, chercheure au Laboratoire de Génétique et Pathologie des Mollusques Marins à la station Ifremer de La Tremblade.

Le projet porte sur différentes espèces de mollusques marins exploitées en Europe telles que les huîtres (creuses et plates), moules, palourdes, coques ou coquilles Saint Jacques. VIVALDI tient compte de la diversité des pratiques culturales dans chaque pays, en développant des études sur des sites ateliers contrastés tels que le Delta de l’Ebre et la Ria de Vigo en Espagne, la rade de Brest et Dungarvan Bay en Irlande.

VIVALDI apportera non seulement des nouvelles connaissances sur les interactions complexes entre coquillages, environnement et organismes pathogènes maiLes maladies des coquillages ne connaissant pas de frontières, un réseau international rassemblant des experts des principaux pays producteurs de coquillages sera mis en place (France, Chine, Japon, Corée, Australie, Nouvelle Zélande, États-Unis et Canada). Au cœur de ce réseau, VIVALDI développera notamment des outils et des approches pratiques afin de mieux prévenir et contrôler les maladies affectant les mollusques marins en contribuant à partager l’information et les expériences de chacun sur les mortalités de coquillages pour une meilleure gestion des maladies associées.
La station IFREMER de La Tremblade est ainsi au cœur de ce dispositif international regroupant 10 pays contributeurs.

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.