2018 - Biographie - Comité Saintes - Jonzac

Philippe MARCHAND (1939 - 2018)

 

photo Sud-Ouest

Philippe Marchand est né le 1er septembre 1939 à Angoulême. Il est décédé le 10 janvier 2018 à Saintes.

Licencié en droit, Philippe Marchand entre, dès 1965, au cabinet d’avocats d’André Maudet, maire SFIO de Saintes. Inscrit au barreau de Saintes, pénaliste, il plaide aux Assises, la « Cour des grands » se plaisait-il à dire.

Ce n’est qu’en 1973 qu’il entre en politique, en adhérant au Parti Socialiste et débute alors une brillante carrière :

  • élu Conseiller Général de Saintes-Nord (1976 / 2001), il préside le Conseil Général de la Charente-Maritime (1982 / 1985) ;
  • élu Député de la Charente-Maritime (4 mandats : 1978 / 1991), il est Vice-Président de l’Assemblée Nationale (1985 / 1986) ;
  • Conseiller Municipal de Saintes (dès 1977 / 2001), il est Premier adjoint au Maire de cette ville ;
  • Conseiller Régional de Poitou-Charentes (1991 / 2004) ;

ce qui lui vaut de devenir :

  • Membre de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL - 1982 / 1986 et 1988 / 1991) ;
  • Juge titulaire de la Haute Cour de Justice (1987).

Pendant sa campagne électorale pour les législatives, en 1978, il fait connaissance de François Mitterrand, venu le soutenir en Charente-Maritime.
Il devient alors un de ses fidèles compagnons et se définit comme « mitterrandiste intégral ».

Il entre au gouvernement en tant que :

  • Ministre délégué aux Collectivités Locales (07-1990 / 01-1991), Michel Rocard étant Premier Ministre. Chargé de la décentralisation et de la sécurité civile, il met en place le plan Vigipirate durant la Guerre du Golfe ;
  • Ministre de l’Intérieur (01-1991 / 04-1992), auprès d’Edith Cresson, Premier Ministre. Il fait alors voter la loi sur la création des communautés de communes (à une voix de majorité, sans avoir recours au 49.3).

En 2006, il choisit de se mettre en congé du Parti Socialiste qui, pour lui, fait preuve de trop d’indulgence envers Georges Frêche, suite à ses propos sur les harkis.
Toutefois, en 2011, il accepte de superviser la « primaire citoyenne » de 2011, mise en place pour désigner le candidat socialiste à l’élection présidentielle.
Lors des élections législatives de 2012, il soutient la candidature dissidente d’Olivier Falorni (élu), face à Ségolène Royal (battue).

Il est nommé :

  • Conseiller d’Etat (1992 / 2001), puis Conseiller d’Etat Honoraire ;
  • Membre de la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité (2004) ;
  • Président de section à la Cour Nationale du Droit d’Asile (2004 / 2015).

Travailleur infatigable, excellent orateur (avec toujours beaucoup d’humour), spécialiste des débats législatifs, fin analyste des projets de textes, il consacre toute sa vie à la justice et à la solidarité. Pour lui, c’est l’humain qui prime.
Facétieux et malin, avec beaucoup d’entregent, pince-sans-rire et provocateur, il est apprécié par tous ceux qui le côtoient, du plus humble au plus grand, à gauche comme à droite.
Profondément ancré dans son terroir, élu de proximité, Philippe Marchand s’investit sans relâche dans de nombreux projets. Ainsi, par exemple, il se bat, avec succès, pour la construction du Centre Hospitalier de Saintonge (le nouvel hôpital de Saintes), qui est finalement inauguré en 2007.

Epicurien fumeur de pipe, amateur de voiture (il a encore une Triumph), grand cycliste, amoureux de balades en montagne, il adore aller pêcher en Alaska (le saumon) ou, plus simplement, en Charente Maritime, avec ses amis Xavier de Roux (avocat, député-maire de Chaniers) et Patrick Guilloton (journaliste à Sud Ouest).

En novembre 2016, il sort de son silence et honore le comité de Saintes-Jonzac de la SMLH (dont il est un des membres éminents) en donnant une conférence sur le thème : « le Ministère de l’Intérieur vu de l’intérieur ». Une très belle soirée, pleine d’anecdotes et de bons mots, appréciée par une belle assistance !

Son dernier acte républicain aura été d’épingler, le 7 janvier, les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur au revers de veste de Patrick Payet, ancien bâtonnier de Saintes. Il s’y était engagé et a voulu tenir sa promesse, malgré son état de santé. Cette cérémonie s’est déroulée, dans l’intimité, dans sa chambre, aux urgences de l’hôpital de Saintes.

Ces derniers mois, il avait coutume de dire à ses interlocuteurs « j’ai un cancer, mais à part ça, tout va bien ». Et, comme le rappelle son épouse, Odile, lorsqu’il allait à l’hôpital pour ses séances de radiothérapie, il chantonnait au personnel soignant « allumez le feu » ! C’était Philippe Marchand, un GRAND homme !

Alain PHILIPPE
Président Comité
Saintes - Jonzac

 

Si ton fleuve Charente est en crue aujourd’hui,
Ce n’est pas à cause de la pluie et du temps,
Ce sont les larmes de tous ceux qui t’aimaient tant,
Car il n’y a bien que les truites qui sourient.

Adieu Philippe,
Adieu l’ami.

 

Olivier Falorni, député

 
aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 14 Janvier 2018 à 10 H.