Activités 2015 - Section de la Charente-Maritime

9 avril , Convention en faveur des demandeurs de nationalité française,

signée par le généralGOBILLIARD et Mme la préfet de la Charente-Maritime

 

La préfecture de Charente-Maritime, la section départementale et le comité de La Rochelle-Île-de-Ré ont reçu notre président national, venu signer avec la préfète Béatrice Abollivier, une convention de partenariat dans le cadre « d’Honneur en action ».

Le général d’armée Hervé Gobilliard, président de la SMLH depuis 2009, s’est rendu à son arrivée, en compagnie de Francis Lott, président de notre section, à la préfecture où il s’est fait présenter les membres des bureaux de la section et des six comités du département. En l’accueillant, Béatrice Abollivier le remercie de sa présence et fait l’éloge du premier Ordre de la nation toujours au service de la citoyenneté, dont elle est officier. De son côté, Francis Lott a rappelé qu’au cours de la dernière assemblée générale de la SMLH, à Toulon, le général Gobilliard avait insisté sur la nécessité de renforcer les actions d’entraide de la société et d’en promouvoir le rayonnement. D’où le projet d’une convention de partenariat entre la préfecture et la section départementale qui portera sur la participation de la SMLH17 aux prochaines « Journées défense et citoyenneté » ainsi que sur un cycle de conférences pouvant faciliter l’intégration des demandeurs de la nationalité française. Ces conférences pourraient avoir trait à l’histoire de France, aux institutions de la Vème République, aux droits et devoirs des citoyens, dont le droit de vote, aux collectivités territoriales, au système éducatif, aux religions et à la laïcité, à la justice, au système de santé, au droit des femmes…A l’image de ce qu’ont déjà fait les départements d’Île-et-Vilaine et du Morbihan. A titre indicatif, on estime à 250 le nombre de demandeurs de nationalité en Charente-Maritime, tous les ans. Avant que n’intervienne la cérémonie de signature, le général Gobilliard exprime son plaisir d’être l’invité de cette bonne ville de La Rochelle et rappelle les grands principes de l’Ordre et le devoir de ceux qui en sont décorés.

En début d’après-midi, le président de la SMLH se rend au local affecté par la municipalité au comité de la Rochelle-Île-de-Ré, situé dans le quartier historique de Saint-Nicolas, en centre-ville. Il appartient alors à Colette Chaigneau, en présence de Jean-François Fountaine, premier magistrat de la ville, d’accueillir, à son tour, le général Gobilliard. La présidente du comité lui présente les membres de son bureau en insistant sur les efforts de chacun pour mener à bien les activités proposées par le premier comité du département. Elle exprime également ce qu’a été sa déception en découvrant que la dernière promotion de Pâques de la Légion d’honneur ne comportait aucun Charentais-Maritime. Remarque à laquelle le général Gobilliard, en remerciant la présidente et le maire de leur accueil, ne reste pas insensible et promet d’intervenir dans la mesure de ses moyens. Il reçoit alors des mains de Jean François Fountaine et de Colette Chaigneau un magnifique ouvrage sur la ville de La Rochelle ainsi qu’une bouteille de pineau charentais et dit à nouveau combien il était satisfait d’avoir pu visiter cette ville attachante à plus d’un titre. N’oublions pas que si Bonaparte avait créé l’Ordre de la Légion d’honneur en 1802, c’est Napoléon 1er qui l’a promue, en 1810, chef-lieu du département.

Après une visite de l’ « Hermione » en partance pour les Etats-Unis, le président de la SMLH se rend à l’Oratoire pour une nouvelle rencontre avec de nombreux autres sociétaires, venus de différents lieux du département et dont certains l’avaient déjà rencontré au cours de diverses circonstances, comme le général Jean-Claude Cardinal, notre président de section honoraire. Là encore, Hervé Gobilliard apprécie, une nouvelle fois, d’être reçu dans l’un des sites bien connus de la ville, ancienne chapelle Sainte-Marguerite des Oratoriens, où fut reçu Louis XIII à l’issue du Grand Siège. C’est là que Francis Lott, au cours d’une intervention agréablement illustrée, avait prévu de présenter dans les détails les différents aspects de notre section, tant en ce qui concerne sa composition que ses diverses activités et celles de ses six comités. La section comprend, en effet, 679 membres dont 262 à La Rochelle-Ré, 172 à Rochefort-Fouras, 110 à Royan, 89 à Saintes-Jonzac, 26 à Saint-Jean-d’Angély et 20 à Oléron. Il tient à préciser que, comme partout en France, la SMLH charentais-maritime concourt au prestige de l’Ordre, promeut ses valeurs, participe aux activités et aux actions de solidarité notamment dans le cadre d’« Honneur en action ».

Le président Lott donne ensuite la parole au général Gobilliard, qui a débuté sa carrière en 1962. Il est aujourd’hui général d’armée, Grand officier de la Légion d’honneur, officier de l’Ordre du Mérite et titulaire de la Croix de la Valeur militaire. Il sera nommé gouverneur des Invalides en 2002 avant d’être élu, sept ans plus tard, à la tête de la SMLH. Celle-ci, créée en 1921 par le général Dubail, afin de permettre aux plus favorisés de contribuer par leurs dons aux besoins des plus démunis, ne bénéficie d’aucune subvention. Quant à la vocation d’ « Honneur en action », elle repose sur le dévouement de tous ceux qui participent à cette chaîne de solidarité. Il précise enfin, qu’à sa grande satisfaction, la société ne cesse de s’étendre à l’étranger.

Comme il l’avait envisagé, notre invité se propose alors d’évoquer une partie mémorable de sa longue carrière, celle où, de septembre 1994 à août 1995, il prend le commandement de la FOPRONU à Sarajevo. Exposé passionnant relatant les nombreux aspects de ce siège qui a duré quatre ans, pendant lesquels il devra faire preuve d’un indispensable sang-froid. Après la mort de Tito, en 1980, la Croatie et la Serbie, craignant une Yougoslavie dominée par les Serbes, la Croatie et la Slovénie déclarèrent leur indépendance en 1991, alors que la Bosnie-Herzégovine obtiendra la sienne l’année suivante, d’où le début des hostilités entre Bosniaques et Serbes et le blocus de la ville de Sarajevo par ses derniers. Ce qui justifia l’intervention de l’ONU et les démêlés indescriptibles auxquels devra faire face le représentant des Nations Unies, notamment lors de la prise d’otages de plusieurs de ses représentants. Le général Gobilliard, fortement applaudi, participe enfin, pour faire ses adieux à ses anciens et nouveaux amis, à un pot fort sympathique offert par la section sous les voutes de l’ancienne église Sainte-Marguerite.

Jean Guillard

aller en haut de la pageNb visiteurs                 © www.legiondhonneur17.fr - 2015        page mise à jour le 27 Décembre 2017 à 09 H.